Appel à #Rassemblement des #migrants de la place de la #République

Reçu par mail datant du 4 novembre 2016:

[note personnelle: le traitement policier décrit par les migrants d’aujourd’hui correspond parfaitement à celui reservé aux tunisiens de #Botzaris36 (et les autres) en 2011 ; nous étions alors sous Sarkozy, nous sommes maintenant sous Hollande. Le changement n’a pas eu lieu…]

Voici ci-dessous un appel lancé en anglais (et traduit par des soutiens)
par les migrants qui se trouvent sur la place de la République. Pouvez-vous
le faire circuler sur vos réseaux, le publier sur vos sites, l’adresser à
la mairie à la préfecture, l’envoyer à votre liste de contacts presse ?
La situation est assez désespérée. Ils subissent un véritable harcèlement
policier sur consigne de la mairie et de la préfecture. Hier lors de
l’intervention de 11 cars de CRS pour enlever une bâche un monsieur kurde
irakien a menacé de se trancher la gorge avec des tessons de bouteille. Il
a été emmené par les pompiers et a passé une nuit au 115. Il est revenu sur
la place ce matin. Il a un récépissé de demande de droit d’asile mais a été
remis à la rue après un mois d’hébergement. Ce matin la police (une dizaine
de policiers) est venue à 5H30 puis à 7H30 pour les réveiller en donnant
des coups de pieds et leur demander de partir. A la question posée « où ? »
les policiers ont répondu « ailleurs ».

Ils ont besoin d’aide et de soutien de manière urgente. Faute de cela
l’attitude actuellement odieuse de la mairie et de la préfecture
l’emportera.

* Appel/communiqué des migrants de la place de la République*
*Respect pour les réfugiés et les droits des migrants !Rassemblement
Vendredi 6 novembre à 20.00 Place de la République*

Nous sommes migrants, nous sommes sans-abri. Nous sommes place de la
République. Nous ne pouvons pas dormir. Il pleut. Chaque fois que nous
installons des tentes ou même seulement des bâches la police nous pousse et
les prend de force. Alors nous restons toute la nuit sous la pluie et dans
le froid sans protection. Mais cela n’est encore pas assez pour les
autorités. Chaque matin, tôt, la police nous attaque et prend nos affaires.

Nous ne sommes pas des criminels. Nous demandons le respect. Nous voulons
des droits. Nous voulons de l’humanité. Nous voulons un toit aujourd’hui.
Nous n’abandonnerons jamais jusqu’à ce que vous acceptiez nos demandes.

Nous demandons à la population d’aider les réfugiés. Nous sommes place de
la République pour demander nos revendications. Les autorités ne peuvent
pas nous laisser sous la pluie et dans le froid. Elles ne peuvent pas ne
rien nous accorder et nous attaquer quand nous essayons de mettre des
tentes ou des bâches.

Nous vous demandons d’aider les réfugiés. Nous avons besoin de nourriture.
Nous avons besoin de tentes. Nous avons aussi besoin de sacs de couchage.
Nous avons besoin de couvertures et de vêtements.

Nous faisons appel à vous pour se rassembler avec nous vendredi soir à
20H00 pour résister avec nous pour mettre les tentes et les bâches et
soutenir nos revendications.

Merci à vous.

La version en anglais:

*Respect the refugees and migrants rights !Regroup on friday 6th november
at 20.00 o’clock at Place de la République*

We are migrants, we are homeless. We are in place de la République. We
cannot sleep. It’s raining. Every time we put tents or even only baches the
police push us and take these by force. So we are staying all the night in
the rain and the cold without cover. But it’s still not enough for the
autorities. Every morning early the police attack on us and they take our
staffs by force.

We are not criminals. We want respect. We want rights. We want humanity. We
want homes today. We will never give up until you accept our requests.

We call on the people to help the refugees.We are in place de la République
to ask for our demands. The autorities can’t let us stay in the rain and
the cold. They can’t provide anything and attack us when we try to have
tents or baches.

We call on the people to help the refugees. We need food. We need tents. So
we need sleeping bags. We need blankets and clothes.

We call on you to regroup with us on friday evening at 20.00 o’clock to
resist with us to put the tents and baches and to support our demands.

Thank you.

40 ans de #croissance en citations

J’ai à peu prés le même âge que la crise pétrolière de 73. J’ai très vite pris conscience qu’il y avait eu un avant et que je vivrai dans l’après. Pourtant si le temps change le discours lui reste le même.

Pour preuve:

1975

« Nous sommes repartis sur une meilleure voie, nous apercevons la sortie du tunnel ! »
Jacques Chirac, 12/08/1975

 

1976

« Je prends position en faveur de la croissance. »
Valery Giscard D’Estaing, 17/10/1976

 

1989

« Cette croissance saine et vigoureuse est évidemment indispensable à la réduction du
chômage et permet d’introduire plus de justice dans le fonctionnement de nos sociétés »
François Mitterrand, 31/05/1989

 

1995

« La croissance est repartie […] C’est le meilleur moyen de lutter pour l’emploi ; oui, la
croissance est le meilleur ! »

Edouard Balladur, 30/03/1995

 

1995 encore

« Le deuxième front sur lequel va se livrer notre bataille pour l’emploi, c’est la
croissance »
Alain Juppé, 23/05/1995

 

1998

« La France a retrouvé le chemin d’une croissance durable, […] nécessaire pour créer plus
d’emplois. »

Lionel Jospin, 29/04/1998

 

2001

« La croissance modifie l’horizon des Français. […] Avec la croissance, c’est aussi une
certaine forme de pessimisme qui s’estompe. […] Grâce au retour de la croissance, le
chômage diminue. »
Jacques Chirac, 08/01/2001

 

2007

« Avec la croissance, on crée des emplois. […] Vous n’avez donné aucun moyen pour
relancer la croissance. J’en ai un. […] On va encourager les gens qui veulent travailler plus
pour gagner plus. […] Voilà comment on libère la croissance et comment on sera au plein
emploi. »
Nicolas Sarkozy, 02/05/2007

 

2012

« J’ai fait le choix de la croissance. […] Ce n’est pas qu’un souhait la croissance, c’est un
acte, c’est une volonté. […] Sans croissance, pas de redressement économique, pas de
création d’emploi et de richesse. […] Ce sera long, pour redresser la croissance. […] Le mot
croissance, qui avait disparu des communiqués officiels, maintenant est assumé. […]
Ensuite, deuxième temps du quinquennat, quand nous avons retrouvé de la croissance,
quand nous avons redressé notre pays, redressé ses finances, redressé son industrie,
redressé son économie, alors, nous pouvons aller plus loin dans la redistribution. »
François Hollande, mars et avril 2012

 

et pour finir la cerise de Moscovici

« Nos efforts ont porté leurs fruits et nous voyons désormais le bout du tunnel. »
Pierre Moscovici, 08/11/2012

 

Si vous avez d’autres citations de personnages zimportants n’hésitez pas à m’en faire part, nous pourrions les agréger en espérant que cela devienne définitivement un musée.