40 ans de #croissance en citations

J’ai à peu prés le même âge que la crise pétrolière de 73. J’ai très vite pris conscience qu’il y avait eu un avant et que je vivrai dans l’après. Pourtant si le temps change le discours lui reste le même.

Pour preuve:

1975

« Nous sommes repartis sur une meilleure voie, nous apercevons la sortie du tunnel ! »
Jacques Chirac, 12/08/1975

 

1976

« Je prends position en faveur de la croissance. »
Valery Giscard D’Estaing, 17/10/1976

 

1989

« Cette croissance saine et vigoureuse est évidemment indispensable à la réduction du
chômage et permet d’introduire plus de justice dans le fonctionnement de nos sociétés »
François Mitterrand, 31/05/1989

 

1995

« La croissance est repartie […] C’est le meilleur moyen de lutter pour l’emploi ; oui, la
croissance est le meilleur ! »

Edouard Balladur, 30/03/1995

 

1995 encore

« Le deuxième front sur lequel va se livrer notre bataille pour l’emploi, c’est la
croissance »
Alain Juppé, 23/05/1995

 

1998

« La France a retrouvé le chemin d’une croissance durable, […] nécessaire pour créer plus
d’emplois. »

Lionel Jospin, 29/04/1998

 

2001

« La croissance modifie l’horizon des Français. […] Avec la croissance, c’est aussi une
certaine forme de pessimisme qui s’estompe. […] Grâce au retour de la croissance, le
chômage diminue. »
Jacques Chirac, 08/01/2001

 

2007

« Avec la croissance, on crée des emplois. […] Vous n’avez donné aucun moyen pour
relancer la croissance. J’en ai un. […] On va encourager les gens qui veulent travailler plus
pour gagner plus. […] Voilà comment on libère la croissance et comment on sera au plein
emploi. »
Nicolas Sarkozy, 02/05/2007

 

2012

« J’ai fait le choix de la croissance. […] Ce n’est pas qu’un souhait la croissance, c’est un
acte, c’est une volonté. […] Sans croissance, pas de redressement économique, pas de
création d’emploi et de richesse. […] Ce sera long, pour redresser la croissance. […] Le mot
croissance, qui avait disparu des communiqués officiels, maintenant est assumé. […]
Ensuite, deuxième temps du quinquennat, quand nous avons retrouvé de la croissance,
quand nous avons redressé notre pays, redressé ses finances, redressé son industrie,
redressé son économie, alors, nous pouvons aller plus loin dans la redistribution. »
François Hollande, mars et avril 2012

 

et pour finir la cerise de Moscovici

« Nos efforts ont porté leurs fruits et nous voyons désormais le bout du tunnel. »
Pierre Moscovici, 08/11/2012

 

Si vous avez d’autres citations de personnages zimportants n’hésitez pas à m’en faire part, nous pourrions les agréger en espérant que cela devienne définitivement un musée.

Publicités

dans la série #jemyengage et #jyrenonce : Rémunérations patronales, un enterrement de première classe

Voici un article paru dans médiapart qui relate un Nième renoncement de Hollande qui avait promis d’encadrer les rémunération patronales dans le privé. Mais bien sûr le principe de réalité et de responsabilité justifie parfaitement ce renoncement de plus.

Rémunérations patronales : un enterrement de première classe

NB. Je diffuse l’intégralité de cet article à titre exceptionnel et vous invite à vous abonner à Médiapart, ce qui est encore le plus sûr moyen d’avoir accès à de l’information de qualité.

Quand s’en prendre à la finance internationale devient de l’antisémitisme #nawak !

Donc ce samedi 23 Mars 2013 lors du congrès du Parti de Gauche Mélenchon à prononcé ceci selon ce que rapporte Raoul Marc Jennar :

« Qu’a fait le Français dans la réunion? il s’est pris pour un petit intelligent qui a fait l’ENA. C’est un comportement de quelqu’un qui ne pense pas aux français, qui pense finance internationale parce que la cible suivante ce sont les gros fruits ; il s’agit maintenant de saigner les Italiens et les Français »

Je veux bien que quelqu’un vienne m’expliquer, avec des arguments probants, en quoi ces propos sont « antisémites ». Car pour le moment le seul argument avancé par Harlem Désir est une citation de Hitler dans Mein Kampf : « La lutte contre la finance internationale et le capital de prêt est devenu le point le plus important de la lutte de la nation allemande pour son indépendance et sa liberté économique ».

Ce qui équivaudrait à dire que si on pointe la « finance internationale » comme ennemi  (ça me rappelle quelqu’un ou me bourré-je le mou?) on fait référence à Hitler, et donc on est antisémite… A moins que ce soit quand on critique le ministre de l’Économie et des Finance…

Ce que j’en dit c’est que mardi je fais le Séder Pessah en famille et que cela ne m’empêchera pas de célébrer la libération du peuple juif de l’esclavage de pharaon, et surtout, de rêver à la libération de l’humanité de toutes formes d’esclavage… dont celle immédiatement induite par la prédation financière dont font l’objet les démocraties Européennes et leurs peuples.