Libération immédiate et retrait de toute charge contre les manifestantEs arrêtéEs à #Calais #migrants

Liberté de circulation !

Libération immédiate et retrait de toute charge contre les manifestantEs arrêtéEs à Calais !

 

Le samedi 23 janvier 3000 migrants, réfugiés de la jungle, réfugiés et sans-papiers de Paris, de Marseille, de Lille et d’ailleurs, membres de mouvements de solidarité de Calais et sa région et d’autres villes, militantEs venus d’Angleterre, de Belgique et d’Allemagne ont manifesté à Calais. C’est la plus grosse mobilisation sur ce sujet ayant eu lieu à Calais. Au même moment des manifestations du même type ont eu lieu à Evros à la frontière entre la Grèce et la Turquie et à Lampedusa.

 

Malgré quelques provocations, très peu nombreuses, de l’extrême-droite, la manifestation a eu le visage de la détermination et de la solidarité.

La confiance transmise par cette magnifique manifestation a amené des centaines de migrants à décider d’obtenir ce qu’ils revendiquent légitimement, leur liberté de circulation. Après la fin de la manifestation, débordant les forces de police ils ont manifesté jusqu’au port pour tenter  d’embarquer sur un bateau. Plusieurs dizaines ont même réussi à entrer sur un ferry à quai.

 

Suite à cette action, six migrants sont actuellement en prison et deux militants avec papiers sont sous contrôle judiciaire. Ils passeront en procès le lundi 22 février au tribunal de Boulogne sur Mer.

 

La manifestation a été la démonstration que la solidarité est un projet de société qui a bien plus d’avenir que les politiques menées actuellement, qui font de Calais une ville sinistrée et barbelée.

 

Nous exigeons donc la libération immédiate de touTEs les manifestantEs arrêtéEs quels que soient leur statut ou leur nationalité et le retrait de toutes les charges

 

Nous appelons à une manifestation de solidarité avec les inculpés le

Samedi 20 février,

Départ à 18h de Ménilmontant (pour aller vers la Gare du Nord)

 

Premiers signataires : ATMF, CISPM, Collectif Paris 20èmeSolidaire, CSP 75, Mouvement Utopia, NPA, SUD Culture Solidaires, UJFP, Union Locale Solidaires des 5e-13e arrondissements de Paris et d’Ivry…

#calais23janvier liberté de circulation pour les #migrants

Liberté de circulation !

Libération immédiate et retrait de toute charge contre les manifestantEs arrêtéEs à Calais !

 

Ce samedi 23 janvier 3000 migrants, réfugiés de la jungle, réfugiés et sans-papiers de Paris, de Marseille, de Lille et d’ailleurs, membres de mouvements de solidarité de Calais et sa région et d’autres villes, militantEs venus d’Angleterre, de Belgique et d’Allemagne ont manifesté à Calais. C’est la plus grosse mobilisation sur ce sujet ayant eu lieu à Calais. Au même moment des manifestations du même type ont eu lieu à Evros à la frontière entre la Grèce et la Turquie et à Lampedusa.

Malgré quelques provocations, très peu nombreuses, de l’extrême-droite, la manifestation a eu le visage de la détermination et de la solidarité.

La confiance transmise par cette magnifique manifestation a amené des centaines de migrants à décider d’obtenir ce qu’ils revendiquent légitimement, leur liberté de circulation. Après la fin de la manifestation, débordant les forces de police ils ont manifesté jusqu’au port pour tenter  d’embarquer sur un bateau. Plusieurs dizaines ont même réussi à entrer sur un ferry à quai.

Suite à cette action la police a arrêté au moins 11 personnes solidaires et 24 migrants. La manifestation a été la démonstration que la solidarité est un projet de société qui a bien plus d’avenir que les politiques menées actuellement, qui font de Calais une ville sinistrée et barbelée.

Nous exigeons donc la libération immédiate de touTEs les manifestantEs arrêtéEs quels que soient leur statut ou leur nationalité et le retrait de toutes les charges

 

Le collectif unitaire d’organisation de la manifestation

Premiers signataires : AL, ATMF, CGA, CNT-RP, CISPM, Collectif Paris 20ème Solidaire, CSP 75, CSP 59, DAL, Droits Devant !!!, Ecologie Sociale, Ensemble !, EuroPalestine, FASTI, IJAN, La Horde, Mouvement Utopia, NPA, SNPES-PJJ FSU IDF, SUD Culture Solidares, UJFP, Union Locale Solidaires des 5e-13e arrondissements de Paris et d’Ivry,Union Syndicale Solidaires, UNSP

Appel à #Rassemblement des #migrants de la place de la #République

Reçu par mail datant du 4 novembre 2016:

[note personnelle: le traitement policier décrit par les migrants d’aujourd’hui correspond parfaitement à celui reservé aux tunisiens de #Botzaris36 (et les autres) en 2011 ; nous étions alors sous Sarkozy, nous sommes maintenant sous Hollande. Le changement n’a pas eu lieu…]

Voici ci-dessous un appel lancé en anglais (et traduit par des soutiens)
par les migrants qui se trouvent sur la place de la République. Pouvez-vous
le faire circuler sur vos réseaux, le publier sur vos sites, l’adresser à
la mairie à la préfecture, l’envoyer à votre liste de contacts presse ?
La situation est assez désespérée. Ils subissent un véritable harcèlement
policier sur consigne de la mairie et de la préfecture. Hier lors de
l’intervention de 11 cars de CRS pour enlever une bâche un monsieur kurde
irakien a menacé de se trancher la gorge avec des tessons de bouteille. Il
a été emmené par les pompiers et a passé une nuit au 115. Il est revenu sur
la place ce matin. Il a un récépissé de demande de droit d’asile mais a été
remis à la rue après un mois d’hébergement. Ce matin la police (une dizaine
de policiers) est venue à 5H30 puis à 7H30 pour les réveiller en donnant
des coups de pieds et leur demander de partir. A la question posée « où ? »
les policiers ont répondu « ailleurs ».

Ils ont besoin d’aide et de soutien de manière urgente. Faute de cela
l’attitude actuellement odieuse de la mairie et de la préfecture
l’emportera.

* Appel/communiqué des migrants de la place de la République*
*Respect pour les réfugiés et les droits des migrants !Rassemblement
Vendredi 6 novembre à 20.00 Place de la République*

Nous sommes migrants, nous sommes sans-abri. Nous sommes place de la
République. Nous ne pouvons pas dormir. Il pleut. Chaque fois que nous
installons des tentes ou même seulement des bâches la police nous pousse et
les prend de force. Alors nous restons toute la nuit sous la pluie et dans
le froid sans protection. Mais cela n’est encore pas assez pour les
autorités. Chaque matin, tôt, la police nous attaque et prend nos affaires.

Nous ne sommes pas des criminels. Nous demandons le respect. Nous voulons
des droits. Nous voulons de l’humanité. Nous voulons un toit aujourd’hui.
Nous n’abandonnerons jamais jusqu’à ce que vous acceptiez nos demandes.

Nous demandons à la population d’aider les réfugiés. Nous sommes place de
la République pour demander nos revendications. Les autorités ne peuvent
pas nous laisser sous la pluie et dans le froid. Elles ne peuvent pas ne
rien nous accorder et nous attaquer quand nous essayons de mettre des
tentes ou des bâches.

Nous vous demandons d’aider les réfugiés. Nous avons besoin de nourriture.
Nous avons besoin de tentes. Nous avons aussi besoin de sacs de couchage.
Nous avons besoin de couvertures et de vêtements.

Nous faisons appel à vous pour se rassembler avec nous vendredi soir à
20H00 pour résister avec nous pour mettre les tentes et les bâches et
soutenir nos revendications.

Merci à vous.

La version en anglais:

*Respect the refugees and migrants rights !Regroup on friday 6th november
at 20.00 o’clock at Place de la République*

We are migrants, we are homeless. We are in place de la République. We
cannot sleep. It’s raining. Every time we put tents or even only baches the
police push us and take these by force. So we are staying all the night in
the rain and the cold without cover. But it’s still not enough for the
autorities. Every morning early the police attack on us and they take our
staffs by force.

We are not criminals. We want respect. We want rights. We want humanity. We
want homes today. We will never give up until you accept our requests.

We call on the people to help the refugees.We are in place de la République
to ask for our demands. The autorities can’t let us stay in the rain and
the cold. They can’t provide anything and attack us when we try to have
tents or baches.

We call on the people to help the refugees. We need food. We need tents. So
we need sleeping bags. We need blankets and clothes.

We call on you to regroup with us on friday evening at 20.00 o’clock to
resist with us to put the tents and baches and to support our demands.

Thank you.

Personnes interpellées suite à solidarité avec #migrants hébergés à #Paris 14e – rassemblement ou téléphone au commissariat de la rue Riquet

Je vous copie un message reçu sur la listede diffusion de RESF PARIS 19
Suite au mouvement initié par plusieurs migrants hébergés dans un centre d’hébergement Emmaüs du 14e arrondissement, 4 personnes solidaires des réfugiés ont été plus en garde à vue pour séquestration de personne. Ces personnes, qui n’étaient pas comptées parmi les hébergés du centre ont été transférées du commissariat du 14e à la sureté territoriale rue riquet dans le 19e. Un rassemblement est en train de se mettre en place, vous pouvez le rejoindre au 3 – 5 rue Riquet (métro Riquet) ou téléphoner au 0153264466 pour demander la libération de  Mélissa et Peggy et leurs 2 camarades. Je vous copie colle ci-dessous le communiqué des migrants qui étaient hébergés dans ce centre suite à l’évacuation juillet dernier du campement de la rue Pajol.
Merci d’être nombreux et nombreuses à soutenir les personnes interpellées ainsi que les migrants dans leurs revendications.
Fred
Communiqué des migrants du centre Emmaüs-Solidarité du 47 rue Raymond Losserand – 75014 Paris
Lors de l’évacuation de la halle Pajol, le 28 juillet dernie, Pascal Brice, directeur de l’OFPRA, nous a promis deux choses : un suivi de nos démarches et un hébergement correct. Nous avions alors été relogés au centre Emmaüs Solidarité de la rue Raymond Losserand.
15 jours plus tard, ces promesses n’ont pas été tenues.
Nul suivi de nos démarches n’a été entrepris. Si nous comparons notre situation légale à celle des migrants restés à la Chapelle, nous constatons qu’ils sont plus avancés que nous.
Nous avons décidé de commencer ce matin une grève de la faim pour protester contre les conditions indignes que nous subissons : absence de titres de transport, nourriture insuffisante et de très mauvaise qualité, interdiction de droit de visite, entre autres.
Nous sommes venus parce que dans nos pays il y a la guerre, nous sommes venus pour être considérés comme des hommes, nous sommes venus pour que nos droits soient respectés.
Aujourd’hui nous demandons :
Où est le respect des droits de l’homme ?
Où est le respect de la loi française ?
Nous voulons que le gouvernement prenne conscience de notre situation.
Nous exigeons que les promesses qui nous ont été faites, celle d’un suivi pour nos démarches et d’un hébergement correct (avec tout ce que cela comprend en termes de droits sociaux), soient respectées.
Nous exigeons des explications en personne de la part de Pascal Brice, directeur de l’OFPRA.

Relayez l’occupation de la #PAOMIE par les jeunes mineurs étrangers sans hébergement

La PAOMIE est supposée prendre en charge les mineurs étrangers isolés. Ca ne fonctionne pas, les délais sont longs et les gamins sont à la rue avec tout ce que cela présente de dangers.

Aujourd’hui ils ont décidé d’occuper la PAOMIE. Ils sont 80 à l’interieur, encerclés de forces de l’ordre dont on ne sais pas si elle vont ou non procéder à une évacuation forcée. Je ne pense pas que la presse va en parler sauf si un drame arrivait ce qui n’est évidemment pas souhaitable.

Il faut donc relayer leur action qui vise à obtenir la protection à laquelle ils ont le droit.
le fil à suivre sur Twitter

Merci de relayer

#Gueant #Valls mon amour ! Les #Roms toujours !

Vous vous souvenez sans doute ! Il y a un an ou deux, peut-être 5 ou plus… Les années se suivent et se ressemblent.

Septembre 2013 le ministre de l’intérieur déclarait que « Les Roms ont vocation à rester dans leur pays, la Roumanie et la Bulgarie et à s’intégrer là-bas ». Une petite circonvolution rhétorique pour signifier à qui voulait l’entendre que les Roms n’ont pas vocation à s’intégrer en France.

Aujourd’hui ou hier, était-ce il y a deux ans ?

Le 23 janvier 2014 Le ministre de l’intérieure Manuel Valls commente les statistiques de la délinquance en ces termes:

«L’explosion des cambriolages (…) la montée du sentiment d’insécurité, oui, est liée à des réseaux qui viennent de l’est de l’Europe et des Balkans, qui écument notre pays en s’installant parfois durablement en France»

Après quoi il promet d’inverser la tendance. C’est une étrange sensation d’éternel recommencement. On couve la question de l’insécurité pour en faire un sujet de campagne électorale le moment venu. Rien de tel dans ces cas là que la corde sensible de la xénophobie si facile à faire fonctionner tant elle résonne en chacun de nous quelque part dans les zones reptiliennes de nos cerveaux.

A n’en pas douter les populations qui voyagent depuis toujours sont les cibles idéales de ces manipulations cyniques de l’opinion publique. Les gens du voyage, ceux qui arrivent et s’installent pour un temps, qui n’ont pas vocation à s’intégrer donc, qui par conséquence n’auront aucun complexe à voler, escroquer, ou même tuer, pourquoi pas, puisque il ne fuient pas, ils voyagent.

C’est l’évidence de l’art: Les Roms, les Tziganes et autres bohémiens sont élevés au rang de sources de nos problèmes, deviennent le problème en soi. Le primate qui dort en chacun de nous ne demande qu’à se réveiller pour aller caillasser l’étranger, il suffit de lui présenter une cible.

C’est une bonne recette dont dispose les personnalités politiques ambitieuses, qui marche à tout les coups. D’ailleurs les ministres de l’Intérieure nous racontent les un après les autres les mêmes salades. Même si comme Valls ils ont eux-même critiqué la méthode avant de devenir ministre et de finalement l’adopter sous la pression de résultats médiatiques.

Ainsi était-ce il y a 1 an ou plus ?

Ainsi 737 jours avant sa déclaration d’aujourd’hui Manuel Valls publiait sur son compte twitter un message critiquant les déclarations du ministre alors en charge de l’intérieur, Claude Guéant:

tweet de Manuel Valls

Manuel Valls tweete : #Guéant explique sur #RTL la hausse de la délinquance par les étrangers d’Europe de l’Est..résultats d’une politique inefficace et hypocrite

S’il fallait démontrer que la politique c’est avant tout du pipeaux et de la manipulation d’opinion il suffirait de regarder les ministres de l’intérieure qui se succèdent depuis 2, 5, ou 10 ans…

ALERTE: M. CHEN va être expulsé le 20 Juillet

Une histoire humaine! Cela se passe en France, après le 6 mai 2012.

M. Chen va être expulsé en Italie par la préfecture de police de Paris demain à 8 heures à quelques heures de son passage devant le 2e juge des libertés et de la détention (JLD) qui l’aurait sans doute libéré au vu de la régularité de sa situation (permis de séjour valide délivré en Italie).

Ce cas est concret : un père va être séparé de manière totalement arbitraire de sa famille et n’aura de cesse de venir  les rejoindre par tous les moyens à sa disposition!

et ce cas est symbolique : nous sommes sous un gouvernement socialiste, le préfet de Paris à été nommé sous ce gouvernement et pourtant on se retrouve dans une situation digne du sarkozysme le plus bête, le plus farouche, le plus inhumain.

Ce message est une forme d’alerte citoyenne. J’espère que cette histoire parviendra vite aux oreilles des cabinet ministériels qui ont le pouvoir et tout intérêt à arrêter la machine administrative avant qu’il ne soit trop tard.

Et si c’est trop tard, alors cette histoire sera symbolique pour le restant du quinquennat de françois hollande qui m’a déjà déçu il y a pile un an avant même d’être élu alors qu’il promettait de se rendre à botzaris36 s’intéresser au cas des migrants tunisiens… ne respectant pas son engagement.

A bon entendeur salut!

merci de relayer cette information vite!

Si vous avez des questions ou des moyens de faire bouger la situation contactez @emaux sur twitter

vous pouvez également signer cette pétition